CHICAGO EN FLAMMES

 Quatrième de couverture :

Chicago 01Un jeune garçon est tué froidement d’une balle dans la tête lors d’une partie de base-ball. Un clochard noir est assassiné par un policier en civil à la sortie d’un restaurant. Des leaders politiques et religieux opportunistes exploitent la tension raciale dans leur propre intérêt. La Fraternité des chrétiens aryens, un groupuscule raciste, croit que le jour du grand nettoyage ethnique est arrivé. Les gangs de Chicago sortent les armes.
Deux inspecteurs de la police criminelle, l’Italien Marshall Del Greco et le Noir Ellis Turner, sont confrontés à la terrible réalité de la rue et à leurs propres démons. Dans la chaleur étouffante qui s’abat sur Chicago, tout va s’embraser.

 

 

 

L'auteur : Eugène IZZI 

Chicago 02Nationalité : États-Unis, né à : Chicago , le 23/03/1953, mort(e) le : 7/12/1996
Eugène Izzi était un auteur américain de romans policiers , situés à Chicago où il a passé sa vie. Son père était alcoolique et a connu la prison. Izzi s’est engagé dans l’armée américaine où il a profité des facilités offertes pour compléter ses études interrompues. Il a travaillé dans les aciéries de Chicago, succombant lui aussi à la tentation de l’alcool et connaissant la déchéance, en gardant malgré tout l’envie d’écrire.
L’écriture lui a servi de thérapie personnelle. Son premier livre, The Take a été publié en 1987, suivi de Bad Guys en 1988 et de The Eighth Victim la même année.
Des démêlés avec son éditeur Bantam l’ont obligé à publier trois livres sous le pseudonyme de Nick Gaitano.
Il a connu une mort étrange, retrouvé pendu dans une mise en scène rappelant une scène de roman policier.

 

Mon avis : 

Je reste un peu perplexe, mi figue, mi raisin face à ce roman. Une brique de 650 pages, sans doute trop car l’auteur entre dans une multitude de détails et d’explications et ce au détriment du rythme du récit. Ce style ne fait rien pour rendre l’histoire captivante, il n’ajoute que confusion.
Pourtant tous les ingrédients sont là pour écrire un bon roman, tout d’abord il y a Chicago, une ville que l’auteur connaît comme sa poche à tous points de vue, on peut même dire que c’est le personnage principal. Et il y a le quotidien de cette énorme cité,  le racisme extrême tant du côté blanc que du côté noir, les gangs violents comme « La fraternité des chrétiens aryens » , l’équivalent du côté noir, l’assassinat de la nièce d’un inspecteur blanc qui fait équipe avec un inspecteur noir, la mafia, la drogue, la pauvreté, les  trafics en tout genre, etc. Je n’ai jamais ressenti l’atmosphère de Chicago, la chaleur accablante, la tension entre communautés même à l’intérieur de la police.
J’ai eu du mal à accrocher à l’histoire, un récit trop dense parfois complexe ou flou, un final un peu plus haletant mais pas trop crédible. Une lecture où j’ai eu peu de plaisir, sans doute le premier et le dernier Eugène Izzi.

 

En marge du livre : À Chicago, la guerre des gangs s’invite dans la course à la mairie
 (rédaction Paris Match Belgique | Publié le 7 août 2018) Chicago 09

chicago 03À Chicago, de sanglants règlements de compte entre gangs rivaux ont fait douze morts et environ 66 blessés ces derniers jours.
Une vague de violence qui fait froid dans le dos. On savait la ville de Chicago gangrénée par les rivalités entre gangs et parfois à la limite de l’explosion. Mais les chiffres qui ressortent des derniers règlements de compte survenus ces derniers jours sont ahurissants : douze morts et environ 66 blessés dont un enfants de onze ans.Les heurts les plus féroces ont éclaté dans la nuit de samedi à dimanche et la police de la métropole de l’Illinois, impuissante, les a imputé à des organisations criminelles, à la circulation illégale d’armes à feu et à la chaleur étouffante du mois d’août qui a attiré plus de monde à l’extérieur.

 

Le chef de la police de Chicago, Fred Waller, a toutefois insisté sur les progrès fait depuis le début de l’année. « Depuis le début de l’année en cours, les fusillades ont baissé de plus de 30 % à Chicago et le nombre de meurtres s’est réduit de 25 %. Plus de 5.500 armes illégalement détenues ont été confisquées dans les rues de la ville », mettant l’accent sur l’engagement des autorités à poursuivre l’effort pour améliorer la sécurité.- Une guerre des gangs très politisée- Une adolescente est morte après avoir reçu une balle dans le visage. Un autre adolescent qui roulait à vélo a été tué par balle dimanche après-midi. Et d’autres fusillades ont eu lieu lors d’une fête de quartier et lors de funérailles. Même pour les habitants de Chicago, habitués à la violence dans certaines parties de la ville, les derniers jours ont été marquants.

 

À titre de comparaison, au moins sept personnes ont été tuées et 32 blessées au cours du long week-end du Memorial Day à la fin mai, a rapporté le Chicago Tribune. Le maire Rahm Emanuel a jugé «inacceptable» que de tels drames se produisent dans sa ville et les événements ont rapidement été politisés par le camp républicain, l’avocat de Donald Trump, Rudy Guiliani, pointant du doigt le long règne des démocrates dans la ville qui domine le lac Michigan et attribuant la responsabilité de ces violences au maire, qui n’est autre que l’ancien chef de cabinet de Barack Obama.


L’intervention de Rudy Giuliani n’est pas anodine et cherche à affaiblir l’ancien bras droit de Barack Obama, et soutenir le candidat à la mairie de Chicago Garry McCarthy en vue des élections prévues en février prochain. Ancien chef de la police de la ville, Garry McCarthy avait été limogé par Rahm Emanuel en 2015 suite à une bavure : un officier avait alors criblé de seize balles un adolescent afro-américain.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s